Actualité

Les cibles de JEAN-MARIE GLEIZE
Exposition à la galerie Zoème du 17 avril au 22 mai 2021
Les Cibles de JEAN-MARIE GLEIZE
Exposition visible à partir du samedi 17 avril, de 11h 30 à 19h.


« Je ne savais pas. C’est ainsi que ça commence. Dans un jardin à Aix. Il tirait sur des cibles. Il avait cloué ces cibles sur la branche d’un arbre. Je l’ai regardé viser, tirer. C’était comme un spasme nerveux, involontaire, une décharge sans raison, contre rien. Un geste en direction de cet arbre, en relation avec lui. J’ai ramassé ce qui restait, des traces au sol comme des feuilles tachées, trouées. Je les ai déchirées, les ai maculées d’encre rouge, et puis je les ai perdues. C’était au tout début des années 90. Et vers la même époque, aux Etats-Unis, en Californie et dans le Vermont, j’ai pratiqué intensément (de façon quasi pulsionnelle) la captation mécanique du réel, minimale, brutale, d’un réel simplement là : image sans contenu (comme les cibles), sans négatif, instantané unique sans copie ni retouche possibles, celle du Polaroïd. Quelque chose comme la straight poetry, la poésie « directe » ou « raide », ou encore « dure » ou « crue », ou même « droite », ou « plate », littérale. » Jean-Marie Gleize.

Jean-Marie Gleize est écrivain. Proposant le concept de simplification lyrique en 1987, son travail de critique l’amène à penser, dans les années 1990, la nudité et la littéralité comme des concepts d’analyse poétique et artistique. Il les met en pratique dans son écriture littéraire à partir de Léman, en 1990, premier ouvrage d’un cycle encore en cours. Cherchant à faire une poésie tendue vers le réel, son écriture, fragmentaire, s’attache à divers dispositifs incluant les notes, l’inclusion de textes hétérogènes, la citation intertextuelle allant jusqu’à l’appropriation, les références cinématographiques et la photographie. Outre ses différentes publications, il assure la direction de la revue Nioques, qu’il a créée en 1990, et dans laquelle se dessine un réseau d’affinités textuelles, théoriques et politiques, un espace commun d’appartenance et de dialogue.  

Derniers livres publiés: Le Livre des cabanes, Seuil, coll. « Fiction & Cie », 2015; Trouver ici : reliques & lisières, Seuil, coll. « Fiction & Cie », 2018; Denis Roche : éloge de la véhémence, Seuil, coll. « Fiction & Cie », 2019.